• Le face

    Despertar
    Despertar
     
     
    Toute droite, la violette,
    Avec ses oreilles de faon,
    Ecoute le chant triomphant
    De la source qui la reflète.
     
    A h ! Quelle passion me pousse
    A saisir ce gibier subtil,
    Ce- frais petit fauve d'avril,
    Entre mon index et mon pouce ?
     
    je te hausserai vers la nue
    Et je renverserai le front
    Et face-à-face nous serons,
    Moi le géant, toi la menue.
     
    Si claire figure foncée,
    Lueur montant du fond du noir,
    Mon espoir et mon désespoir,
    L'infini dans une pincée,
    Fleur enfant, très ancien sourire,
    Eternel museau d'un instant,
    Qu'avons-nous donc tous les printemps
     De si pathétique à nous dire ?
     
    Lucienne Desnoue

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mélie wiccan
    Lundi 21 Février 2011 à 10:32

    Bonjour,


    Merci de ton passage chez moi, Baudelaire est l'un de mes préféré. Ton espace est superbe, les textes fabuleux.


    Bonne semaine Mélie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :